Le Pin à crochets, survivant de l'ère glaciaire


Entre Béarn, Haute Soule et Navarre, sur le vaste plateau de la Pierre Saint-Martin, l’érosion des glaces et de l'eau ont travaillé la roche pour donner ce paysage calcaire étonnant où les derniers pins à crochet se maintiennent difficilement.
Le massif de la Pierre Saint-Martin




Le Pin à crochets, Pinus uncinata ou Pin de Briançon, le plus ancien pin européen, survivant de l’ère glaciaire.
Particulièrement résistant aux intempéries et adapté à la pauvreté des sols calcaires, cet arbre peut vivre plus de mille ans.
Le houppier de cette espèce présente une forme conique. Ses branches, au feuillage touffu et sombre, s'étagent régulièrement sur un tronc rectiligne. Son écorce devient assez vite écailleuse. Ses aiguilles, groupées par deux, sont plutôt courtes, épaisses et persistantes. Il s'agit d'une espèce monoïque, avec des fleurs mâles groupées à la base des pousses de l'année, et des fleurs femelles, formant de petits cônes, qui se placent à l'extrémité des rameaux. Ses cônes atteignent leur maturité au bout de deux ans et présentent une écaille qui se recourbe en crochet, d'où le nom de cette espèce.








Commentaires