L'Irubelakaskoa

L'Irubelakaskoa 970m est un fier sommet élancé qui domine les vallées navarraise de *Aritzakun et Uritzate *(surnommée « Valle del Oro «  la vallée de l'or, elle fut convoitée, jadis, pour ses richesses aurifères qui firent d'elle l'Eldorado Basque).


Le profil naturel de l’Irubelakaskoa 970m évoque une forteresse par les à pics impressionnants des faces ouest-nord-est, et la succession de gradins verticaux alternés de pelouses herbeuses sur sa face sud.


Jacques Cazaubon pense déceler, quelques indices de travaux défensifs. Les pelouses qui s’intercalent entre les gradins naturels présentent une succession de banquettes qui semblent de nature artificielle. Sur le flanc est, un parapet de terre, indubitablement construit de main d’homme se prolonge par une étrange plateforme en forme d’éperon. Ces pseudo-banquettes sont plus apparentes à distance qu’in situ.



Enfin, la série des gradins naturels conduisant au sommet est précédée d’un replat herbeux entouré d’un fossé dont la terre a été rejetée vers l’intérieur et qui a pu servir de camp de base à d’éventuels défenseurs.
Sans préjuger de l’origine de l’exploitation aurifère, un site aussi doué pour la défense devait naturellement être mis hors d’atteinte de la convoitise de pillards ou d’envahisseurs potentiels.
Qu’il s’agisse d’un site exploité par Annibal ou par les Romains, les Barbares, voire par les Vascons, Irubelakaskoa était un lieu stratégique incomparable  aussi bien comme observatoire que pour fondre sur les éventuels envahisseurs qui auraient eu l’imprudence de s’engager au fond des deux gorges.



En toponymie montagnarde, un vocable figuratif supplantant ou doublant parfois le toponyme d’origine est assez usuel. Le contrefort nord de l’Irubelakaskoa, au vague profil de forteresse sur ses faces nord et ouest, est connu sous le vocable de kastilla ou kastilloa, et les bergers des Arbailles ont coutume d’appeler gaztelia, le pic Zaboze au sommet turriforme.



Concernant le toponyme Irubelakaskoa, iru c'est trois, bela ce pourrait être le corbeau ou avoir le sens d'épervier mais ici c'est  le sens de noir (belz), kaskoa c'est la colline ou le sommet. Le sens est "les trois sommets noirs", et effectivement, il y a trois sommets qui se succèdent sur cette crête.


Depuis Gorramendi, Irubelakaskoa sur la droite

Commentaires

Articles les plus consultés