La chapelle Saint-Sauveur à Mendive

La chapelle Saint sauveur se trouve sur la route qui mène à Iraty. 
Elle est d’ossature romane, et est connue dès le XIIe siècle. Au XIIIe siècle on en parle sous le nom de Sanctus Salvador juxta Sanctum Justum, puis plus tard vers 1460 sous le nom de Sent-Saubador.

La chapelle Saint-Sauveur à Mendive




Durant le Moyen Âge la chapelle est une étape importante du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.










 Cette chapelle appartenait au commandeur d' Apat Ospitalea (Saint Jean le Vieux) , qui, lui-même, relevait de celui d' Irissarry (Ordre de Malte).

 
La chapelle Saint-Sauveur à Mendive

Sur la clé de l' arc en plein-cintre de la porte ouest, accompagnée de l' inscription «INDART», on trouve la date de 1727, qui correspond à une restauration de la chapelle. Elle aurait été faite à la demande du curé de Béhorléguy Oxoby-Indart.  
Une modification de l’édifice semble avoir été faite en cette occasion.

Ses murs sont constitués majoritairement en calcaire ou en grès. 
Sa toiture est en ardoise.
Elle a des ouvertures romanes avec des linteaux plein-cintre. Elles sont étroites et hautes.

La chapelle Saint-Sauveur à Mendive


La chapelle Saint-Sauveur à Mendive
L’extérieur de la chapelle Saint-Sauveur d’Iraty présente un chemin de croix remarquable qui en fait tout le tour.

Tous les chemins de croix possèdent quatorze stations, évoquant quatorze instants de la Passion du Christ. Sur celui de Mendive qui date du début du XIXe siècle, les treize premières stations sont matérialisées par des colonnes numérotées. Elles sont surmontées d’un dé de pierre et ornées d’une croix basque.


La chapelle Saint-Sauveur à Mendive


La dernière station est symbolisée par une croix monumentale dressée sur une plate-forme à l’écart de l’édifice.  









Beaucoup de légendes se rapportent au site de saint sauveur. Citons entre autres celle de la jeune servante Xaindia. 

 Une jeune servante, Xaindia travaillait dans une ferme voisine. Le maître de maison ayant oublié un outil dehors ( une houe à 2 dents qu'il utilisait pour ses travaux agricoles) lui demanda de le lui ramener. 
Sortir de nuit n'était pas chose courante en ces temps-là. Ne disait-on pas que la nuit , c'est le domaine de l'ombre. Aussi, une interdiction de sortir la nuit était pratiquée par tous les gens du village. 

Mais la jeune fille qui se riait de ces stupides légendes voulait montrer sa bravoure. 
Elle s'en alla donc dans la montagne rechercher la houe oubliée par le maître de maison. 
Elle la trouva et la ramena bien fière au village. 
Mais lorsque la cloche sonna les douze coups de minuit, elle se trouva aspirée dans les airs et enlevée par des démons invisibles. 
Passant au-dessus de la maison, elle jeta l'outil qu'elle avait encore avec elle, lequel retomba par la cheminée de la maison. 
Mais, dans son envolée, elle continuait toujours à monter, vers les sommets des montagnes et lorsqu'elle survola la chapelle saint sauveur, elle se mit à prier. 
Un étrange phénomène soudain se déroula. Elle se retrouva déposée tout doucement à proximité. 
Les hommes de l'ombre avaient perdu tout emprise sur elle. 

La chapelle Saint-Sauveur à Mendive