Le port d'Urt

Le village d'Urt a été fondé le 9 avril 1193, mais la mention la plus ancienne qui en a été faite (1020) permet d'affirmer que l'an 1000 a vu l'implantation d'une communauté de pêcheurs sur ce point précis de l'Adour, lieu qui allait devenir par la suite le Port d'Urt.






Le lieu-dit "Aurt" était habité par quelques familles, groupées en cinq maisons dont il reste quelques traces de la plus ancienne appelée "Macaye", devenue aujourd'hui l'Auberge de la Galupe.

L'Adour descend des Pyrénées, près du Col du Tourmalet, après 335 km de cours tumultueux, s'assagit à partir de Dax, passe à Urt avant d'atteindre Bayonne pour rejoindre l'Atlantique. C'est sur ce large fleuve, très sensible aux marées, que nos ancêtres se déplaçaient en barque, puis plus tard, sur des bateaux issus, entre autres, des chantiers navals d'Urt.



L'utilité de ce fleuve, offrant un débouché sur l'océan et l'arrière pays, n'est plus à démontrer, que ce soit pour le commerce ou la simple pêche. A l'époque, les routes, inexistantes ou dans un piteux état, ne pouvaient être que partiellement utilisées pour la circulation des marchandises et des personnes. L'Adour servit donc à vitaliser ce sud-ouest basque jusqu'en 1864, date à laquelle il fut supplanté par le rail, puis par la route.


Aujourd'hui, il ne reste que très peu de pêcheurs professionnels. Dans leurs filets, ils pêchent lamproies, aloses, saumons, mais aussi des pibales avec de petits filets ou au tamis, et des anguilles dans des nasses. Malheureusement, la pollution et les barrages sont la cause d'une diminution du nombre de poissons. La pêche est bien moins fructueuse qu'il y a 50 ans et l'activité des pêcheurs est moindre. Au début du XIXe siècle, Urt était véritablement un village de pêcheurs. On vendait, consommait et vivait de la pêche.