La Rhune

A l'est du col d'Ibardin, la crête décrit un demi cercle en territoire navarrais en se maintenant à 400m d'altitude puis se redresse brutalement à 900m au mont la Rhune ou Larrun.

La Rhune depuis l'Ibanteli
Son nom basque viendrait de la contraction de larre harri dun qui veux dire la lande de pierre.
Pour d'autres, La Rhune viendrait de larre ona, la bonne lande.

La Rhune depuis Bidart

La Rhune a la silhouette abrupte et familière caractérise l'horizon du Pays Basque littoral.
Son ascension par les sentiers d'Ascain, de Sare, de Vera ou d'Urrugne, offre toujours de magnifiques paysages d'altitude ouverts au loin sur l'océan.
Si son versant sud descend assez rapidement vers la Bidassoa, au nord versant labourdin toute une série de croupes et de plateaux successifs s'inclinent progressivement vers le bassin de la Nivelle.

L'originalité de ce massif est due pour une grande partie aux arêtes qui se détachent en étoile du plateau sommital. Toutes présentent de magnifiques voies d'ascensions qui offrent de magnifique panoramas. Citons l'arète de Zubizia qui descend jusqu'au col du grand Descarga, celle d'Arlepoa, et l'arète rocheuse d'Urkila, dont les gigantesques blocs de poudingues retiennent l'attention depuis le bassin de Sare.

La Rhune depuis la chapelle d'Olhain à Sare
Les formes du relief, les paysages, découlent d'une longue histoire géologique.
Il y a environ 200 millions d'années, la plaque ibérique commença a s'écarter du reste de l'Europe.
A la limite de ces 2 plaques divergentes, le craquement de la croute continentale donna naissance à un fossé volcanique. Cela permit l'épanchement d'un magma fluide, basaltique.
Ces coulées rayonnèrent sur une distance d'environ 30km, à partir d'un centre d'émission principal situé non loin du sommet.


Ce sont les grès exploitait a la carrière d'Ascain depuis fort longtemps, et les poudingues, qui donnent à la Rhune son profil rocheux caractéristique.



Le plus ancien document mentionnant une construction au sommet de la Rhune date de 1575, un ermitage chrétien avec chapelle dédiée au St Esprit, construit sur l'emplacement d'un temple païen, il se situait au niveau du plateau de la table d'orientation, on peux d'ailleurs encore apercevoir a la base du parapet les soubassements de l'ermitage.
Une partie de l'ermitage et de la chapelle furent démolie en 1793. La récupération des pierres permit la construction d'une redoute pour défendre lors des guerres de la Révolution ce point stratégique de toute agression espagnole. 2O ans plus tard, elle servit aux troupes napoléoniennes pour lutter contre les armées anglaises, espagnoles et portugaises du général Wellington.

Au fil des années, les pierres de la redoute et de l'ermitage disparurent : certaines poussées dans les ravins, d'autres pour assurer l'assise de quelques constructions et même récupérées pour consolider la croix du sommet.

C'est autour de cette croix que les fidèles des villages environnants se rassemblaient pour prier le lundi de Pentecôte.



A partir de 1924, le petit train permettant l'accès rapide et sans effort au sommet, les touristes affluèrent. Prenant appui sur les pierres de la redoute, le café restaurant Capdupuy ouvrit ses portes.

Depuis 1924 le petit train à crémaillère gravit les pentes de la Rhune au départ du col de St Ignace.
Renseignements www.rhune.com


L'hôtel Imperator avec ces 10 chambres et terrasse panoramique remplaça le café restaurant Capdupuy en 1928. Faute de clientèle, l'hôtel ferma ces portes définitivement en 1937.


Durant la seconde guerre mondiale, les Allemands prirent possession du sommet de Larrun et de l'hôtel, installant une batterie antiaérienne et un radar.
Avant de quitter l'hôtel le 21 août 1944, ils firent sauter leurs installations et une partie de l'hôtel.


De 1947 à 1960, 2 pièces de l'ancien hôtel seront aménagées de façon rudimentaire en buvette.

En 1960, TDF fit construire en lieu et place de l'hôtel Imperator, un nouveau batiment plus adapté.



Dès 1947 s'installa au sommet côté espagnol une première ventas en planches, puis une seconde près de l'obélique qui commémore l'ascension de l'impératrice Eugénie de Montijo, portant le nom de El Pelotari.
Ce n'est que dans les années 1953 – 1955 que seront construite des ventas en pierres.



Idée de randonnée au départ du col de Saint-Ignace, l'itinéraire et la carte "ICI"

Commentaires

  1. J'y étais il y a une semaine... impressionnant et magnifiques paysages.. endroit apprécié malgré le mauvais temps... nous avons eu une petite éclaircie qui nous a permis d' apprécier l' endroit !!!! <3

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés